Pour faire du « Ségur de la santé » une avancée sociale, l’avocat Jacques Hardy préconise deux pistes de travail dans une tribune au « Monde » : prévenir les risques de santé par l’éducation, parent pauvre de notre organisation sanitaire, et faire contribuer les citoyens en fonction de leurs moyens financiers.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici