Le préfet des Bouches-du-Rhône a accordé un nouveau sursis à l’entreprise de chimie lourde qui, jusqu’en 2016, rejetait des boues rouges dans le parc national des Calanques, pour lui permettre de poursuivre la mise en service d’une station d’épuration biologique. Ce sursis éloigne le spectre d’une liquidation judiciaire le 30 juin.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici