La troisième étude menée à Crépy-en-Valois, l’un des premiers foyers français de l’épidémie, confirme que les plus jeunes développent des formes bénignes et sont peu contagieux.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici