Si le pic est derrière nous, le virus reste présent dans le pays, et la population se protège de moins en moins et bouge de plus en plus. On voit mal comment les contaminations pourraient ne pas continuer à augmenter, relève l’épidémiologiste dans une tribune au « Monde ».

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici