“Nous souhaitons un échange ouvert”, insiste Ursula von der Leyen qui évoque trois points essentiels, notamment les droits de l’homme, Internet et les cyberattaques.

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici