La pandémie a, pour le moment, épargné les quelque 15 000 Bayaka du pays. Mais leur mode de vie semi-nomade les expose particulièrement à la contamination.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici