Les verts élus dans les grandes villes doivent faire un choix : se focaliser sur la qualité de vie de leurs administrés au risque de renforcer la fracture entre centres urbains et périphéries, ou au contraire renouer avec les territoires fantômes que les métropoles consomment et consument.

Liberation.fr

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici