« Imaginerait-on un centre de R&D de Free au milieu de Télécom Paris, de Monsanto sur le campus d’AgroParisTech, de Pernod Ricard dans une faculté de médecine ou de Nexter à l’École spéciale militaire de Saint-Cyr ? » déclaraient les signataires. « Un établissement d’enseignement supérieur de référence doit maintenir sa neutralité vis-à-vis des industriels. Cela est d’autant plus fondamental pour l’École polytechnique qu’une partie de ses élèves sera amenée à mettre en œuvre les politiques publiques s’imposant au secteur privé, notamment dans le domaine de l’énergie. »

Cet article Malgré la polémique, Total s’implante à 200 mètres de l’École polytechnique est apparu en premier sur La Relève et La Peste.

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici