« Imaginerait-on un centre de R&D de Free au milieu de Télécom Paris, de Monsanto sur le campus d’AgroParisTech, de Pernod Ricard dans une faculté de médecine ou de Nexter à l’École spéciale militaire de Saint-Cyr ? » déclaraient les signataires. « Un établissement d’enseignement supérieur de référence doit maintenir sa neutralité vis-à-vis des industriels. Cela est d’autant plus fondamental pour l’École polytechnique qu’une partie de ses élèves sera amenée à mettre en œuvre les politiques publiques s’imposant au secteur privé, notamment dans le domaine de l’énergie. »

Cet article Malgré la polémique, Total s’implante à 200 mètres de l’École polytechnique est apparu en premier sur La Relève et La Peste.

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici