Re-rédiger un préambule à la Constitution compliquerait donc “extrêmement” la gestion de “notre vie sociale”, souligne la ministre, plutôt favorable à la réécriture de l’article premier, introduisant des notions juridiques et confortant donc la Charte de l’Environnement.

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici