Cette dépense gargantuesque représente-t-elle un aveu de culpabilité ? Le géant allemand a beau accepter de payer le prix fort, il ne reconnaît nullement la dangerosité du glyphosate, ni sa responsabilité dans les maladies des plaignants. Au contraire, Bayer continuera de porter ses trois condamnations en appel (les affaires Johnson, Hardeman et Pilliod) et ne compte rien lâcher sur aucun pesticide.

Cet article Bayer-Monsanto achète la paix judiciaire avec un chèque de 10 milliards de dollars est apparu en premier sur La Relève et La Peste.

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici