L’effondrement de l’emploi dès ce printemps pourrait pousser les jeunes à prolonger leur formation alors que cette dernière a été amputée par les contraintes sanitaires, exposant les diplômés à une moindre employabilité aux yeux des recruteurs, explique l’économiste Philippe Askenazy.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici