Pour l’établissement américain, qui avait décrété une pause dans sa restructuration, la situation devient critique. La banque se prépare, comme nombre de ses concurrentes prises en étau entre accélération de la numérisation et baisse des taux, à annoncer des milliers de suppressions d’emplois, observe Philippe Escande, éditorialiste économique au « Monde ».

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici