Fini les otaries footballeuses et les perroquets à vélo. Confrontés à la montée de la sensibilité à la souffrance animale, les parcs zoologiques français ont tenté d’évoluer, sans toujours convaincre.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici