Dans cette ville anglaise où l’épidémie due au coronavirus est repartie à la hausse en juin, les voix s’élèvent pour dénoncer les conditions « d’esclavage moderne » dans le textile qui ont pu favoriser les contaminations.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici