L’Etat pourra prendre en charge les frais fixes des établissements de nuit jusqu’à 15 000 euros par mois pour soulager leur trésorerie. Mais aucune date de réouverture n’est fixée, ce que regrettent les représentants du secteur.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici