Dans un texte au « Monde », la romancière japonaise raconte, avec douceur et ironie, ses déambulations sur une planète bouleversée par un virus qui, transcendant les frontières nationales et religieuses, appelle les pires réponses comme les meilleures.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici