Si le nom de la nouvelle secrétaire d’État à la biodiversité ne vous dit rien, ce n’est pas le cas pour les associations écologistes. Plusieurs d’entre elles louent une ancienne élue disposée à la conciliation et au dialogue. Mais ses revirements sur le glyphosate ou le stockage des déchets nucléaires font grincer des dents.

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici