Pour le ministre de la santé, il n’y a pas vraiment de « deuxième vague » de contaminations en France, mais l’émergence de clusters et « une augmentation de la proportion des tests positifs ».

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici