Pour l’« économiste atterré » Christophe Ramaux, le plan de relance adopté le 21 juillet par l’UE est un coup d’épée dans l’eau car les mécanismes de concurrence sociale et fiscale entre ses membres restent inchangés.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici