Ces feux et cette chaleur en faisant fondre le permafrost risquent de libérer « des virus et des bactéries » encore inconnus ainsi que du méthane faisant encore grimper le thermomètre, estime François Gemenne.

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici