Après tout, la société telle que nous la connaissons, le tout-jetable, les soldes, la consommation et le gaspillage, tout ça n’est qu’un paradigme. Mais il n’est pas universel (même si de plus en plus…), et il n’est pas inéluctable non plus : on peut créer autre chose.

Cet article Pour des lendemains qui fleurissent est apparu en premier sur La Relève et La Peste.

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici