ENTRETIEN – Les généralistes pourraient interroger systématiquement les patients sur leur souffle, surtout s’ils ont été malades, et les orienter vers un bilan respiratoire minimal, estime la Pr Chantal Raherison-Semjen.

Lire l’article

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici