On pourrait penser que le risque épidémique diminue avec la disparition des espèces. Que nenni… l’accroissement du bétail impacte directement la faune sauvage et le nombre d’épidémies chez l’homme et l’animal domestique.

Cet article L’accroissement du bétail est un facteur-clé de pandémies mondiales est apparu en premier sur La Relève et La Peste.

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici