De nombreux volontaires ont afflué, dimanche, pour nettoyer les plages souillées, alors que le navire menace de se casser en deux et de libérer les 2 500 tonnes d’hydrocarbures qui restent dans ses cuves.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici