Cet article a été rédigé par Pierrick Graviou, Géologue, BRGM du site theconversation.com

Lire l’article sur le site d’origine

Le chaos granitique de la Pointe du Château, à Ploumanac’h (Côtes-d’Armor). Pierrick Graviou/BRGM, CC BY-NC-ND

Cet été, le géologue Pierrick Graviou nous invite à découvrir, en photos, 5 curiosités géologiques à travers la Bretagne.


Carte de la Bretagne et de ses départements. Tschubby/Wikimedia

Inutile de chercher ! Il ne s’agit pas ici d’une référence à une fable de Jean de la Fontaine que vous auriez pu ne pas connaître, mais simplement d’évoquer quelques noms de rochers granitiques rencontrés sur différents sites touristiques bretons.

Du Pays bigouden à Ploumanac’h (Côtes-d’Armor), en passant par Huelgoat ou Brignogan (Finistère), pour ne prendre que quelques exemples, ces rochers souvent gigantesques sont bien présents dans les paysages, tant à l’intérieur des terres que sur le littoral.

Ils sont à l’origine de nombreuses légendes et réveillent l’imagination. Mais comment se forment-ils ?

Le granite, dont sont faites ces « sculptures » naturelles, est une roche d’origine magmatique. Sa lente cristallisation, à quelques kilomètres de profondeur, est suivie par sa rétraction et par l’apparition d’un réseau de fractures, appelées diaclases.

La bouteille (Ploumanac’h). Pierrick Graviou/BRGM, CC BY-NC-ND
La patte d’éléphant (Ploumanac’h). Pierrick Graviou/BRGM, CC BY-NC-ND

Lorsque par le jeu de l’érosion qui décape les terrains superficiels, le granite est à quelques mètres de la surface, ces diaclases qui découpent la roche en différents blocs guident la circulation des eaux d’infiltration légèrement acides. Ces dernières provoquent une altération chimique et une érosion mécanique de la roche qui se désagrège le long des fractures.

Progressivement, les blocs s’arrondissent et s’individualisent : d’abord enveloppés par l’arène granitique qui résulte de la décomposition de la roche, apparaissent ensuite de nombreux grains de quartz à peine corrodés, quelques cristaux de feldspaths plus ou moins altérés, ainsi que de rares paillettes de micas très dégradées.

Lorsque le granite parvient à l’air libre, l’arène est évacuée sous l’action des eaux de ruissellement ou par la mer, tandis que les rochers s’écroulent par gravité pour s’accumuler parfois sous forme de chaos.

Ils émergent aujourd’hui de la lande, dignes d’un inventaire à la Prévert dans lequel la bouteille, la tortue et la patte d’éléphant côtoient le caméléon, la tête de mort, le champignon et la sorcière. Il ne manque plus que le raton laveur… À vous de le trouver !

The Conversation

Pierrick Graviou does not work for, consult, own shares in or receive funding from any company or organization that would benefit from this article, and has disclosed no relevant affiliations beyond their academic appointment.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici