Depuis le 25 juillet, le navire, battant pavillon panaméen et exploité par un armateur japonais, a libéré près d’un millier de tonnes de fioul et de diesel, souillant côtes et espaces protégés de l’île.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici