« L’épidémie est en train de changer. Les personnes d’une vingtaine, trentaine et quarantaine d’années sont de plus en plus à l’origine de la menace », prévient un responsable régional de l’agence onusienne.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici