L’enquête que nous publions révèle qu’en 2019, près de 800 navires chinois, agressifs et souvent armés, ont pillé les eaux nord-coréennes et violé les accords diplomatiques. Une pratique qui explique le mystère des «bateaux fantômes» à la dérive sur la mer du Japon.

Liberation.fr

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici