Un apiculteur maya du Yucatán a vu sa vie chamboulée depuis qu’un industriel de l’agriculture a racheté les terres avoisinantes pour y planter du maïs et du soja, au prix d’une considérable dépense en eau. Face à une campagne déboisée et à la sécheresse persistante, l’apiculteur voit ses abeilles dépérir. Ce texte est extrait de notre atlas de l’eau, en vente actuellement.

Lire l’article complet

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici