Le professeur de santé publique Antoine Flahault estime que si, en Europe, la circulation du virus est à ce jour déconnectée d’une hausse des décès, les secondes vagues en Australie et en Israël, plus fortes que les premières, incitent à la prudence.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici