Selon Jocelyn Raude, chercheur à l’Ecole des hautes études en santé publique, le débat public se focalise à tort sur les 3 % à 5 % de Français récalcitrants.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici