La vue du visage de l’interlocuteur est cruciale pour le malentendant dans l’échange verbal, souligne, dans une tribune au « Monde », Charlotte Denoël, conservatrice en chef à la Bibliothèque nationale, elle-même sourde profonde de naissance. Elle appelle notamment à l’utilisation plus fréquente de masques transparents.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici