Avec l’accumulation des plans sociaux, le mouvement de destructions de postes ne devrait pas ralentir à l’automne. Principale inquiétude : le sort des personnes dépourvues de qualifications et celui des jeunes. Les cadres, eux, sont moins exposés.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici