Avec l’accumulation des plans sociaux, le mouvement de destructions de postes ne devrait pas ralentir à l’automne. Principale inquiétude : le sort des personnes dépourvues de qualifications et celui des jeunes. Les cadres, eux, sont moins exposés.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici