L’anesthésiste-réanimateur et nutritionniste Jean-Fabien Zazzo estime, dans une tribune au « Monde », que les formes sévères de la maladie induisent un affaiblissement général qui n’est pas suffisamment pris en compte dans la prise en charge et l’alimentation à l’hôpital.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici