Seule la mise en place d’un modèle agroécologique résilient, respectueux de la nature et bénéfique aux agriculteurs, permettra de répondre au défi de la souveraineté alimentaire, et de s’adapter au changement climatique, assure, dans une tribune au « Monde », Nicolas Laarman, délégué général de Pollinis.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici