Le britannique a annoncé qu’il allait, en dix ans, supprimer tous les composants pétroliers de ses produits d’entretien. Le groupe souhaite anticiper le changement sociétal et embarquer l’ensemble de la chaîne de production vers une chimie plus « verte ». C’est aussi une question d’image, analyse Philippe Escande, éditorialiste économique au « Monde ».

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici