Editorial. Après la tenue d’un conseil de défense vendredi 11 septembre, le premier ministre a exclu des mesures coercitives qui risqueraient d’accroître les fractures du pays. Il se retrouve à la merci des pressions des scientifiques et de l’opinion publique, dont l’inquiétude croît.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici