Le sentiment d’exercer un métier dénué de sens et d’avoir une vie futile n’est pas seulement philosophique : il naît aussi dans une zone de notre cerveau sur laquelle le neurobiologiste Sébastien Bohler publie une passionnante enquête.

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici