Ne recueillir que le mépris des premiers européens dont il a croisé la route du fait de son apparence pataude n’aura pas sauvé le dodo, victime de l’intégration de l’océan Indien dans les routes commerciales mondialisées au XVIIe siècle.

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici