Alors que l’Amazonie et le Pantanal à la biodiversité extrêmement riche sont ravagées par les flammes, le président brésilien a minimisé la portée des incendies et rejeté la faute sur les associations de protection de l’environnement à la tribune de l’Assemblée générale des Nations unies.

Lire l’article complet

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici