Rouen serait-elle condamnée à en rester indéfiniment à cette alternance de phases d’indignation et de résignation face à une entreprise aussi essentielle à son économie que redoutable pour la santé de la population ?, s’interroge l’historien Loïc Vadelorge dans une tribune pour « Le Monde ».

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici