La revue médicale britannique, qui avait dû rétracter en juin une étude fondée sur des données à l’origine et même à l’existence douteuses, instaure de nouveaux garde-fous, détaille Hervé Morin, responsable du service Sciences, dans une chronique.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici