La nouvelle classification de « zone d’alerte maximale », annoncée le 23 septembre, et les mesures qui l’accompagnent ne reposent sur aucun acte juridique, soulignent, dans une tribune au « Monde », les professeurs de droit public Xavier Magnon et Ariane Vidal-Naquet.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici