A Metz ou à Paris, les restaurants universitaires font face à un paradoxe : ils offrent moins de places et les étudiants sont toujours très nombreux à s’y presser.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici