Les infrastructures de forage détiennent d’immenses quantités d’eaux contaminées, d’hydrocarbures et de produits toxiques enfermés dans leurs bases de béton, « une véritable bombe à retardement, précise Yana Prokofyeva, car ces déchets, ces polluants se retrouveront un jour où l’autre disséminés dans les mers et les océans. »

Cet article Forage en mer : « les infrastructures restantes sont des bombes à retardement » est apparu en premier sur La Relève et La Peste.

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici