Délaissé il y a encore peu, l’hydrogène est aujourd’hui présenté comme un axe majeur de la réindustrialisation et de la relance en France. Le gouvernement va y consacrer 7 milliards d’euros sur dix ans et met déjà en musique sa nouvelle partition alors que la compétition internationale s’intensifie. Deux sites pilotes ont été sélectionnés et, à l’échelle européenne, un “Airbus de l’hydrogène” pourrait voir le jour dès 2021. Objectif : développer rapidement des gigafactory d’électrolyseurs. Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée auprès du ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, chargée de l’Industrie, livre les détails de cette feuille de route.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici