En moyenne, l’exposition du secteur financier français au charbon est très réduite. Elle est estimée à moins de 1% des actifs des banques, assureurs et sociétés de gestion, selon un rapport de l’AMF et de l’ACPR. Mais ce chiffre cache encore de grandes disparités d’un établissement à un autre. Par ailleurs, les acteurs financiers doivent poursuivre leurs efforts et aller plus loin, estime Bruno Le Maire, qui leur demande de se doter aussi d’une politique de sortie du pétrole non conventionnel.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici