Pendant le premier confinement, la stabilité des réseaux électriques a été mise en danger dans plusieurs régions du monde en raison de la part croissante des énergies renouvelables dans le mix énergétique, souligne le nouvel observatoire de Capgemini. Une telle situation ne devrait pas se réitérer lors de cette deuxième vague de confinements, mais les difficultés du printemps dernier soulignent les défis que devront relever les gestionnaires de réseau dans les années à venir. En France, les énergies renouvelables devraient compter pour 40% du mix énergétique à l’horizon 2030, contre 22% aujourd’hui.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici