“Si la manifestation est vraiment le cadre le plus simple à discuter et penser en terme de surveillance et de liberté fondamentale, il ne faut pas en oublier l’espace public. Si la plupart des gens n’ont « rien à cacher », c’est précisément pour cela que nous n’avons pas besoin d’être surveillés. Là, on arrive dans une situation où tout citoyen devient un suspect potentiel, c’est une atteinte à l’honneur et à la probité.”

Cet article Loi sécurité globale : menaces à la liberté d’informer et surveillance généralisée est apparu en premier sur La Relève et La Peste.

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici