L’énergéticien veut faire le ménage dans ses activités de services. Il prévoit de les diviser en deux catégories : celles qui restent dans son giron, centrées sur les questions énergétiques, et qui représentent 35.000 employés. Celles qui sortiront de son orbite : elles représentent environ 74.000 employés et seront regroupées au sein d’une nouvelle entité chapeau. La CGT s’inquiète d’un démantèlement complet du groupe et des risques forts d’OPA.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici